FELDENKRAIS & ATELIER D’ECRITURE

L’atelier est avant tout conçu comme un objet récréatif et un territoire de rencontres.

La juxtaposition d’images, de jeux, de mots et de consonances, favorise la création et le récit. D’expérience, je pourrais dire que l’imagination est comme un muscle qui a besoin tout à la fois de se chauffer et de « lâcher prise ». Dans le cadre d’exercices simples et ludiques, les participants sont souvent surpris de leur facilité à produire du texte et à raconter une histoire. Leur mise en voix et les commentaires qu’elles suscitent enrichissent ces microfictions, mais aussi favorisent les échanges. C’est ce dont nous avons tant besoin par ces temps difficiles : se rencontrer, se parler, et rêver un peu !

Toutefois, l’atelier pourra se poursuivre sur une idée plus ambitieuse. C’est une chose d’être jardinier, et de laisser pousser ses idées en quelques sortes, c’en est une autre de devenir paysagiste. Je proposerai quelques principes et méthodologies sur l’architecture d’un récit long…et l’hypothèse d’un roman ! Bien sûr, il ne s’agit pas de tous devenir romanciers, mais surtout d’explorer les processus de création, les questions stylistiques et le paradigme « louche » que rencontre l’auteur avec ses personnages : l’expériences de nos identités multiples.

 

 

L’auteur

FRED HOUEL

Rien ne me destinait à l’écriture. J’ai d’abord fait des études de sciences avant d’être enseignant de biologie en lycée et en école d’ostéopathie. Puis j’ai travaillé un moment dans la prévention et l’accompagnement de la « souffrance au travail ». Rien ne me destinait à écrire, donc, excepté que j’ai toujours aimé les histoires. Enfant, j’habitais des châteaux de papiers, et parmi ces bouquins qui s’empilaient dans le plus grand désordre de ma chambre, Gary, Giono et Djian sont devenus des compagnons de route inséparables.

Alors, je me suis mis à raconter des histoires moi aussi. J’ai trempé la plume dans l’imaginaire, une véritable libération ! Là où l’on se sent souvent paralysé, j’ai trouvé la fiction comme contrepoison. J’ai signé mon premier roman chez Lattès qui remporte le prix Du Masque puis participé aux projets d’une troupe de théâtre. Aujourd’hui, j’écris mon troisième roman et je propose de se débrider l’imaginaire avec ces ateliers d’écriture !